Soleil Froid - Chapitre 3

Publié le par Fanofshoujo

Chapitre 3

Dossier Reptile

 

Base Militaire Ultra-Secrète du Gouvernement, quelque part dans le désert Américain. Heure locale : 10:00

Le Général Ryan s'avança avec fracas dans la salle des communications avant de rejoindre le technicien en charge de la communication avec la base de la frontière chinoise, port d'attache de Charlie Leader. Bilingue, l'homme s'adressa immédiatement à l'officier en charge du réseau.

''Mettez moi immédiatement en contact avec Québec Yankee.

- Oui Général... voilà, la connexion est établie.

- Québec Yankee ?

- Je vos reçoit cinq sur cinq Golf Alpha.

- Qu'est-ce que cela veux dire ?!'' Le Général jeta sur la table trois dossiers épais qui fit sursauter le technicien de communication. ''J'ai reçut trois rapports, trois rapports nous indiquant comme quoi trois de mes meilleurs commando auraient été doublés sur trois théâtres d'opérations différents, dont deux dans votre secteur. J'aimerais des explications !

- Golf Alpha... nous n'en savons pas plus que vous sur la situation actuelle. À l'heure actuelle, Charlie Leader revient de la mission ''Homicide'' pour débriefing. Ils doivent nous rapporter ce qu'ils ont trouvés sur ''Mama''.

- Je veux des réponses Québec Yankee ! La guerre est déjà assez compliquée comme ça, on ne peut pas se permettre de perdre le temps précieux de nos commandos pour rien !

- Je comprend Golf Apha.

- Bien, faites moi un rapport de ce débrief le plus vite possible.

- À vos ordres Golf Alpha.

- Et qu'en est-il du prisonnier de Charlie, le Roumain trouvé dans le secteur Chinois ?

- Nous l'interrogeons en ce moment...''

 

Base Militaire Chinoise, à dix minutes des ruines de la Grande Muraille de Chine, heure locale : 20:00

Le traducteur et l'homme chargés d'interroger le rescapé de la base mongolienne s'installèrent face à lui. Le soldat avait les mains attachés. Il ne disait rien. Le plus grand des hommes, celui en charge de l'interrogatoire, soupira avant de croiser les doigts sur la table.

''Bon écoute moi... on a réussit à faire sauter ta petite base avec tout tes copains dedans, le reste on s'en fout... C'qu'on veux juste savoir... c'est pourquoi t'étais assis par terre entrain de te faire dessus après avoir vidé complètement le chargeur de ton flingue et en hurlant au reptile...'' Le traducteur traduisit. Et les réponses du soldat respiraient à la fois la folie et l'honnêteté. Finalement, le traducteur soupira à son tour.

''C'est toujours la même histoire, la patrouille se faisait tranquillement quand les hommes ont commencés à se tirer dessus en criant à l'attaque mais ils voyaient personnes jusqu'à ce qu'ils se soient entre-tués et qu'un serpent géant ne passe à toute vitesse devant lui...''

Le soldat commença alors à vociférer de nouveaux mots, perdus, confus... il semblait terrorisé alors que sa respiration s'accélérait et que la cadence de ses mots devenaient presque inaudibles. Le traducteur l'observa bouche bée avant de retranscrire ses paroles :

''C'était juste une ombre, ils ne le repéraient pas aux détecteurs cardiaques ni à la vision thermique après que la pièce ait été plongée dans le noir. Ils avaient l'impression que des démons venaient les chercher pour l'enfer, qu'il...'' Le traducteur questionna l'homme dans sa langue sur les propos qu'il venait de formuler. Celui répéta inlassablement. Le traducteur marqua un silence.

''Quoi ? Qu'il quoi ?

- Qu'il était le Diable sous la forme du serpent pour venir chercher les pêcheurs...

- Le Diable ?

- C'est ce qu'il a dit...

- Șarpe... Șarpe... Șarpe''

Les deux hommes se dévisagèrent.

Base Militaire Chinoise, salle de débrief du commando Charlie, heure locale : 20:17

Les soldats du commando étaient assis sur des chaises face à l'officier en charge de les débriefer. Des douilles étaient disposées sur la table. Ils avaient attendus avant de commencer le rapport de l'interrogatoire du prisonnier. Charlie Leader s'affala alors au fond de sa chaise en fermant les yeux, réfléchissant, avant de se remettre droit.

''En tout cas, si ce qui leur fait peur est un serpent ou un démon, il s'est sacrément mis à la page, notre amis invisible semble manier les armes de calibre .45ACP à la perfection. Sans parler du couteau. On a dût trouver à peine un ou deux chargeurs de ce que je dirais provenant de l'UMP45 et un autre provenant d'un pistolet, sûrement l'USP45, vides, soit dit en passant.

- Un sacré tireur. Aucune balle à côté. En même temps il avait plutôt l'air de les avoir au corps à corps.

- On a aussi ramassé des restes de fumigènes et une grenade à dispositif IEM.

- Vous avez dit... à peine quelques balles ?

- Oui. Et il devait sûrement utiliser un silencieux pour passer dans les lignes. Soit c'est un commando plus que bon... soit c'est un seul homme qui a fait le coup.

- En Mongolie c'était le même bourrier que là-bas. Quelques gorges tranchées, mais la plupart du temps, les hommes se tiraient dessus tout seul.

- Les explosifs utilisés pour la structure ?

- De toute évidence du C4, enfin, je suppose.

- Ce sera tout Charlie. Repos, on vous envoie sur une autre opération demain.''

Les hommes se levèrent alors pour quitter la pièce. L'officier observa les douilles sur la table avant de frapper du poing dessus, faisant sauter les pièces à convictions.

''Bon sang !''

Quartier Général de l'Armée Révolutionnaire en Asie, Yakustkn, Russie, heure locale : 21:00

L'officier en charge de l'enquête sur les trois incidents répertoriés en Mongolie, l'Océan Indien et en Russie était assis dans son bureau devant une série de dossier, rapports et photos. Tout mettait en évidence que l'armée Révolutionnaire était en proie à des attaques très bien menées sur des points capitaux de sa structure et que cela pouvait, à terme, commencer à sérieusement compromettre la présence de l'Armée Révolutionnaire dans ce théâtre d'opération. La mort de l'Avatar était le coup le plus violent qui ai été donné. Comment un officier aussi important et bien protégé que cet homme pouvait avoir été ainsi assassiner, dans sa propre base ?!

Pour l'heure, il fallait faire taire l'information. Ce fantôme ou ce démon, peu importe, il fallait tout faire pour ne pas compromettre l'image de l'Armée Révolutionnaire. Il fallait tout faire pour que la panique ne gagne pas les rangs et que les civils n'aient pas un semblant d'espoir. L'officier rangea tout ces dossier en un seul qu'il estampilla d'un tampon ''TOP SECRET'' et scella le tout. Il appela alors son homme de main et lui donna immédiatement les directives. Dans sa langue, il lui annonça de faire taire le dossier, d'emprisonner ou d'exécuter s'il le fallait les survivants des attaques. Que personne, et il insista sur le personne, ne soit au courant. Que personne ne devait être avertit de la présence d'une entité dans les rangs de l'Armée Révolutionnaire. L'homme affirma par un garde à vous et se lança immédiatement dans l'accomplissement de la mission qui lui avait été confiée.

Base Militaire Ultra-Secrète du Gouvernement, quelque part dans le désert Américain. Heure locale : 18:10

Le Général Ryan avait devant lui les rapports de l'interrogatoire du prisonnier et du débrief de l'unité Charlie. Ils les avaient lus en long, en large et en travers depuis leurs réceptions, à 10:35. Cette histoire le dépasser. Comment faisait-il pour réussir de tels exploits ? Un seul homme ? C'était impossible !! Le fait qu'il agissait sur des cibles du Gouvernement était-il le fruit du hasard, ou était-il espionner ? Où allait-il encore agir ? Était-ce un groupe indépendant, un anonyme, des mercenaires peut être ? Il aurait été mis au courant ! Ce casse-tête chinois le prenait vraiment à dépourvus. Il prit la photo de l'attaque sur la plate-forme et regarda en détail l'état des scènes de combat. Pas de trace de pas, pas d'empreintes digitales sur les victimes... La seule chose que l'on trouvait était de la poudre propice à l'utilisation d'armes. On avait pût valider l'utilisation d'un silencieux et de C4, ainsi que de grenades fumigènes au phosphore blanc. Les armes étaient après l'enquête validée comme une UMP45 de calibre standard et peut être un USP45. Un équipement de conception allemande d'avant la guerre, qui, même s'il équipait encore les militaires d'aujourd'hui étaient impossible à trouver dans l'état civil dorénavant. Vol ? Trafic ? La piste du déserteur semblait même devenir de plus en plus adéquat. Des désertions récemment dans l'armée, il y en avait peu, mais assez pour prolonger trop l'enquête.
Ce qui intéresser le Général c'était aussi comment l'ennemi réagissait à une telle présence. Allait-il redoubler d'effort contre l'armée des peuples libres ? Ou bien renforcer ses effectifs dans les endroits propices à de telles attaques et fragiliser sa ligne de front ? Pour l'heure, il fallait voir si les actions de cette entité n'allait pas encore compromettre celles des commandos d'élite de l'armée. Comment le prisonnier l'avait-il appelait déjà ? Ah oui, le Serpent, le Snake. Le Général s'empara alors d'un tampon et apposa sur chaque feuilles du rapport un marquage, avant de classer le tout sous le nom de : Dossier Reptile. Il n'allait pas être laissé de côté, il le sentait. Il allait connaître plusieurs occasions d'être ressortit. Le but final de ce dossier allait être la capture du Snake.

Et son instinct était le bon. Seulement deux heurs plus tard, un autre commando signala des faits très semblable à la signature du Snake. Un complexe entier d'entrepôt de munitions avait été saboter sans présence aucune d'effraction.

Le Général Ryan soupira. Déjà, des journalistes frappés à la porte de l'armée avec autant de questions qu'il y avait d'étoiles dans le ciel.

Publié dans Fictions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article